Environ 900 agriculteurs, selon la police, venus principalement d’Allemagne, de France et de Belgique, manifestent à Bruxelles pour demander l’intervention des pouvoirs publics afin de faire remonter les prix du lait.

Marchant au son de cloches de vaches, les producteurs réclamaient avant tout une baisse des quotas laitiers (plafonds autorisés de production). L’UE a commencé à les relever et veut supprimer toute restriction à la production à l’horizon 2014/15.

"La priorité aujourd’hui est qu’il faut baisser les quotas laitiers d’un minimum de 5% et réintroduire de la régulation flexible de la production", a indiqué à l’AFP Erwin Schöpges, responsable belge du syndicat européen des producteurs de lait, le European Milk Board (EMB).

"Beaucoup de producteurs ne peuvent plus tenir avec le prix actuel", a-t-il ajouté.

Après avoir traversé le centre-ville, les manifestants ont commencé à se rassembler devant le bâtiment où se retrouvent à partir de 14h30 les ministres de l’Agriculture de l’UE.

Les ministres doivent se saisir du problème laitier, à la demande de la France, de l’Allemagne et de l’Autriche, trois des plus grands pays producteurs européens avec l’Irlande et la Pologne.

Leurs moyens d’action sont toutefois limités, car les prix du lait se négocient au niveau national entre producteurs et industriels ainsi que distributeurs.

Les gouvernements français, allemand et autrichien ont publié un document dans lequel ils demandent une hausse des aides à l’exportation pour le fromage, une éventuelle prolongation - au-delà de la date limite prévue de fin août- des mesures d’intervention publique visant à soutenir les prix, et la réactivation d’aides au lait écrémé en poudre destiné à l’alimentation des animaux.

Sans demander une remise en cause de l’augmentation des quotas, ils souhaitent aussi que Bruxelles fasse "rapidement" des propositions en vue, le cas échéant, de "la mise en place d’une nouvelle gouvernance du secteur laitier".